Pompe à chaleur hydrothermique

La pompe à chaleur hydrothermique puise la chaleur d’une nappe phréatique ou d’un cours d’eau. Elle fait partie des pompes à chaleur les plus performantes avec un coefficient de performance « saisonnier » d’environ 5. Ce système également nommé pompe à chaleur eau-eau est capable de fonctionner en autonomie, sans chauffage d’appoint, même dans un climat froid. Voici quelques pistes pour mieux comprendre le fonctionnement de la pompe à chaleur sur nappe phréatique.

Comment fonctionne une PAC hydrothermique ?

Le fonctionnement de la pompe à chaleur eau eau est relativement simple. Ce système puise de la chaleur dans l’eau, notamment dans un cours d’eau proche de chez vous ou dans une nappe phréatique. La chaleur puisée est généralement à température constante et suffisante,  entre 7 et 12 degrés. Pour fonctionner, la PAC hydrothermique nécessite parfois l’installation de deux forages : un pour puiser l’eau et un autre pour retourner l’eau à sa source.

Le forage peut aller jusqu’à 100 mètres de profondeur, notamment dans les cas où l’eau n’est pas puisée d’un lac, d’un cours d’eau ou d’un puits. Si le système se compose d’un seul forage, l’eau prélevée est alors rejetée dans une rivière, dans un plan d’eau ou dans un réseau d’eau pluviale. Quant au rendement de cette pompe à chaleur, il reste particulièrement élevé. En effet, le COP est souvent supérieur à 5.

Les obligations à respecter

Selon le décret du 2 juillet 2008, chaque particulier qui souhaite réaliser un ouvrage de prélèvement d’eau souterraine à des fins d’usage domestique est tenu de déclarer cet ouvrage à la mairie. Une obligation qui est entrée en vigueur le 1er janvier 2009 et qui demande à ce que le particulier fasse la déclaration au plus tard 1 mois avant le début des travaux. À savoir que la déclaration consiste à remplir un formulaire en reprenant les caractéristiques essentielles de l’ouvrage de prélèvement et les informations relatives au réseau de distribution de l’eau prélevée.

Les avantages de la PAC hydrothermique

La pompe à chaleur hydrothermique présente de nombreux avantages. C’est un système qui est capable de fonctionner en autonomie, sans chauffage d’appoint. Il permet de réaliser d’importantes économies d’énergie et a une très bonne rapidité de chauffe. En été, la PAC eau eau est capable de rafraichir tandis qu’en hiver, elle est capable de produire de l’eau chaude sanitaire. La performance de cette PAC est remarquable même dans un climat froid. Par ailleurs, elle est également éligible au crédit d’impôt au même titre que la pompe à chaleur géothermique et la pompe à chaleur aérothermique.

Les inconvénients de la PAC hydrothermique

La pompe à chaleur sur nappe phréatique présente également quelques inconvénients. C’est un investissement qui peut être assez onéreux, car il faut faire un forage en profondeur. Ce système nécessite un point d’eau ou une nappe phréatique à proximité. Il est compatible uniquement avec des radiateurs basse température et avec les planchers chauffants.

Autre inconvénient de cette PAC : elle doit respecter la réglementation en vigueur. C’est-à-dire qu’il est obligatoire d’effectuer des démarches administratives pour modifier les sous-sols. Aussi, le chantier doit impérativement être réalisé par une entreprise agréée.

Combien coûte cette pompe à chaleur ?

Son prix dépend du modèle en question. Habituellement, son prix varie entre 8000 et 15 000 euros TTC. Il s’agit là d’un investissement important qui est très rentable à long terme. À cela il faut ajouter les frais d’installation et des gros travaux. Ce type de pompe à chaleur est éligible au crédit d’impôt si son rendement est supérieur à 3 pour une température de -5 degrés.

Quant à l’entretien, il coûte en moyenne 150 euros par an et reste peu onéreux. La PAC hydrothermique ou PAC eau-eau est un investissement certes important, mais il s’agit surtout d’une solution qui permet, avec le temps, d’alléger les factures de chauffage.